Le nouveau vaccin du Sinovac approuvé par la Chine

Le samedi 6 février, la Chine a donné son accord pour le vaccin CoronaVac. Ce nouveau vaccin utilisé autrefois pour une population plus restreinte est désormais disponible pour le public. Bien évidemment, il faut encore attendre les résultats des essais cliniques avant de le mettre sans conditions sur le marché. Les experts affirment que bien que le risque soit certain, les résultats seront très concluants.

Un vaccin efficace seulement à 50% pour le moment

À l’instar du Brésil et de la Turquie qui ont eu à faire des essais cliniques sur le vaccin, la Chine autorise le vaccin CoronaVac. Malgré le fait que les résultats posent le problème d’efficacité et de sécurité sur les doses que recevront les patients, la Chine reste confiante. Les experts du laboratoire Sinovac déclarent cependant que les essais cliniques au Brésil ne donnent qu’un taux global de 50% contrairement aux prévisions établies.

Ce résultat est celui qui vise à mettre fin à l’infection. S’agissant de la ralentir, les résultats des essais cliniques sont satisfaisants à 80%. On peut donc conclure que ce vaccin est conçu pour principalement éviter la propagation et non l’éviter dans son entièreté. L’on se demande pourquoi la Chine se rue vers ce vaccin si celui du laboratoire Sinopharm présente par contre un résultat de 79,34 % comme taux d’efficacité ? S’il fallait donner un avis contraire à l’autorisation de ce vaccin, c’est évident que la communauté chinoise préconise le Pfizer-BioNTech et Moderna.

Des vaccins conçus par les laboratoires chinois : un vœu des dirigeants

Les laboratoires chinois ont été sollicités pour concevoir un vaccin répondant aux normes exigées. Selon les dirigeants, il n’est vraiment pas convenable d’attendre l’aide extérieur avant de lutter contre cette pandémie qui a pris forme dans ce pays aux premiers jours de son apparition. Pour cela, il urge de penser à des vaccins locaux. Dans cet ordre d’idée, la Chine dans ses prévisions pensait vacciner 50 millions des habitants de sa population avant janvier 2021.

Entre-temps, Pékin s’est donné comme tâche le marketing diplomatique de son nouveau vaccin. Une action qui n’a apporté aucun engouement à cause de son efficacité connue de tous dans la gestion de la crise. Dans le même temps, Pékin a fait la promotion de ses vaccins à l’étranger dans ce que les analystes appellent une « diplomatie des vaccins », après avoir été critiqué pour sa gestion de l’épidémie au moment de son déclenchement.